En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu DIM Astrea

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

Thèse de Gabrielle Martin

DIM 2015

Gabrielle Martin
© TerrEthique
Modification des communautés végétales en contexte de changement global. Apport des jeux de données nationaux pour caractériser les effets du changement climatique et des interactions plantes-pollinisateurs

Gabrielle Martin

DIM 2015

Thèse soutenue le 17 Décembre 2018

Modification des communautés végétales en contexte de changement global. Apport des jeux de données nationaux pour caractériser les effets du changement climatique et des interactions plantes-pollinisateurs

Résumé

Dans quelle mesure des changements des facteurs biotiques et abiotiques causés par les activités humaines influencent la composition des communautés et les déclins ou les augmentations en abondance des es espèces ? J’ai mobilisé des données issues de programmes de sciences participatives couplé à des approches méthodologiques et analytiques pour caractériser les réponses temporelles et spatiales de la flore commune au changement climatique et au déclin des pollinisateurs. Cinq questions ont été abordées : (1) Peut-on détecter une réponse des communautés végétales au changement climatique en France ? (2) Comment les choix méthodologiques de construction de l’indice de préférence thermique des espèces influencent la détectabilité de la réponse des communautés végétales au changement climatique ? (3) Les communautés végétales des différents types d’habitats présentent-elles des disparités de réponse au changement climatique ? (4) Les tendances temporelles des espèces constituant la flore commune sont-elles aussi influencées par le déclin des pollinisateurs ? (5) Comment évaluer le service de pollinisation à l’échelle nationale et détecter un patron spatial en milieu agricole ? Ces travaux font état de changement rapides au sein de la flore sauvage à l’échelle nationale, identifient des mécanismes plausibles et ont des conséquences directes sur la conservation.